Taking too long? Close loading screen.

Anciens de Midi Gascogne

LE QI GONG

LE QI GONG

  1. Généralité et histoire :

Le terme de « QI GONG » est composé de deux idéogrammes chinois : le « QI » qui se traduit par « souffle, énergie » et « GONG » qui désigne aussi bien le travail ou l’exercice. Le QI GONG signifie donc le « travail de l’énergie »

Le QI GONG est un art énergétique basé sur des mouvements lents et souples. Le but est d’entretenir sa santé ainsi que son bien- être en harmonisant le corps, la respiration, l’esprit. Cette pratique favorise la bonne circulation des énergies, la concentration et la mémoire. Les exercices de QI GONG sont surtout préventifs : ils vont permettre, non seulement une amélioration générale de la condition physique et psychologique, mais également le traitement de certaines affections chroniques ou aigües.

  1. En quoi consiste la pratique ?

Les exercices di QI GONG ne sollicitent aucun effort musculaire en particulier. Ils nécessitent un lâcher prise qui est souvent qualifié de relaxation mais correspond plutôt à une maitrise du tonus qui exclut les tensions excessives. Les mouvements sont circulaires, continus, fluides, lents et adaptés au niveau physique de chacun en lien avec la respiration (régulière, apaisée et profonde) et l’esprit (calme et concentré). Essentiellement basés sur l’attention, la respiration et la détente musculaire et articulaire, ils permettent de remettre en circulation les systèmes énergétiques du corps, de recharger les organes et de régulariser les grandes fonctions vitales.

  1. Les bienfaits de la pratique :

Elle apporte de la souplesse, de la détente, de l’équilibre, de la concentration et de la confiance en soi. La pratique du QI GONG procure un profond bien- être et un sentiment de paix intérieure.

  1. Le système nerveux :

L’état de calme mental recherché pendant la pratique se rapproche de l’état de détente mentale que nous vivons pendant le sommeil mais ceci en toute conscience. Ceci permet au système nerveux de se régénérer de la même manière que lorsqu’on dort.

  1. Le système digestif :

Les exercices de QI GONG se pratiquent dans la détente musculaire et le calme mental ce qui permet à la respiration de retrouver une amplitude que ne permet pas le stress quotidien. Le mouvement du diaphragme s’amplifie, la respiration devient abdominale, ce qui entraine un grand massage des organes et améliore le fonctionnement des organes et améliore le fonctionnement de l’appareil digestif.

  1. Le système respiratoire :

L’augmentation de l’amplitude respiratoire associée à un ralentissement du rythme respiratoire permet une récupération maximale des dépenses énergétiques.

  1. Le système cardiovasculaire :

Cette respiration ample et profonde associée à la détente musculaire amène une augmentation de la circulation sanguine et une meilleure répartition de cette circulation, en particulier dans les membres (mains et pieds) ainsi que dans les organes et le cerveau. Le pouls devient puissant, la fréquence cardiaque se ralentit et le volume d’échange augmente ce qui permet, d’une part une augmentation de l’oxygénation cellulaire et d’autre part, une régulation de la tension nerveuse.

Côté POESIE...

                           PROGRES

 

Dans les prés embaumés où chantaient les enfants,

Sont venus certain jour des engins titanesques ;

Ils ont anéanti, monstrueux éléphants,

Ce qu’il restait chez nous de beauté romanesque.

Les fleurs se sont couchées, plus belles que jamais ;

L’herbe s’est résignée à ne point reparaître,

A déserter ce champ que le rêveur aimait,

A laisser le progrès devenir le seul maître.

Les passants, malheureux, ont détourné les yeux

En essuyant soudain une larme discrète ;

Ils voyaient l’agonie d’un cadre merveilleux,

Et mourait en leur cœur une flamme secrète.

Leurs regards éperdus se heurtaient à des murs ;

Leur horizon houleux de prairies odorantes

Etait désormais gris, impersonnel, impur,

Et leur soif de ciel bleu devenait plus ardente.

Dans les prés embaumés où jouaient leurs enfants

Se dressaient maintenant de vilaines murailles

Qui les emprisonnaient à leur corps défendant ;

Pour braver le progrès, ils n’étaient pas de taille !

Nous sommes ces passants et ces hommes chagrins

Qui voient leur univers perdre sa fantaisie,

Et, tristes, nous allons vers des jours incertains,

Vers des jours désormais privés de poésie                                    

Andrée Chabrol

Fermer le menu