Taking too long? Close loading screen.

Anciens de Midi Gascogne

Retour sur nos randonnées dans le Couserans…

Retour sur notre séjour d'initiation Haute- Montagne de fin août 2020.

Nous nous sommes retrouvés 18 participants à midi à OUST, le jeudi 27 août. L’hébergement était en hôtel, à l’hôtel de la Poste à Oust. Nous avons pu ainsi respecter la distanciation et maintenir les gestes barrière entre nous, aussi bien à l’hôtel que lors de nos déplacements en commun.

Exceptionnellement, cette année, ce sont les 2 guides : SIMON & MICHAËL qui se sont proposés avec grand plaisir de nous faire les comptes rendus du séjour, chacun avec sa vision des 4 journées passées ensemble.

Le séjour ayant donné entière satisfaction à tout le monde, nous nous sommes donné RDV l’été prochain pour de nouvelles aventures pyrénéennes ou cantaliennes….

Le guide Simon nous fait le récit des 4 jours 

27 Aout : Le plateau de Coumebière 1399m  

Nous partons en cette fin de matinée dans le plateau de Coumebière, lieu très fréquenté par les troupeaux de gasconnes et les chevaux. Après le pique nique, nous montons à l’étang de Labant (1600m), puis sur la crête des Fouzes (1648m) afin de contempler la vue sur la vallée. Nous nous dirigeons ensuite vers le gr 10 par un sentier en balcon au dessus du plateau. Nous traversons le gr, un bon sentier muletier et nous allons vers le nord, le cirque du pas du roc, où nous croisons un berger avec ses moutons. Nous descendons ensuite par une jolie hêtraie

+330m

28 Août : La vallée du Fouillet et le plateau de Souliou (1309m)

Pour cette journée pluvieuse, nous partons à la découverte des petites cascades de la vallée du Fouillet, en suivant le torrent du même nom. Nous traversons ensuite d’ancien près de fauche parsemés de vieilles granges, avant de rejoindre le gr que nous suivons un moment en remontant la vallée. Nous arrivons à la cabane de Bezet, alors qu’il commence à pleuvoir. Mais cela ne nous décourage pas ; après un bref en-cas, nous décidons de monter quand même sur le plateau de Souliou où il y a une grange pour manger à l’abri. Nous y parvenons à la suite d’une progression dans des fougères plus haute que nous. Mais quel bonheur d’être au sec! Le temps ne s’arrange pas et nous redescendons rapidement sur quelques coups de tonnerre épars et une forte pluie.

+450m

29 Août : La vallée du Carol

Ce matin, nous partons à la découverte des hameaux pittoresques de la vallée, construit à flanc de montagne. Le sentier s’élève ensuite au milieu des anciennes terrasses de culture, et des vieilles granges plus ou moins rénovées.. Après quelques efforts, nous arrivons au village pastoral de Goutets (1448m) qui regroupe de nombreux orris, plutôt bien conservés. Nous continuons ensuite sur le sentier mal marqué qui traverse le versant nord du massif des 3 seigneurs, pour manger un peu plus loin. Après le repas, nous continuons à progresser sur ce terrain glissant mais le temps se gâte, et il faut redoubler de vigilance.

Enfin, c’est l’éclaircie, nous passons au col de Rose (1615m) , et nous contournons le turon de Lardas, d’où nous découvrons de beau panorama sur l’étang de l’Hers et les montagnes environnantes. Arrivée au village pastoral de Plagnol (1490m), nous descendons dans la hêtraie sur un beau tapis de feuilles mortes.

+700m

30 Août : Le col d’Auédole et l’étang d’Ayes (1702m)

Au départ du parking de la piste de Mont Ner (1398m), dans la vallée de Bethmale, nous empruntons le gr10 qui monte au col d’Auédole (1727m), et nous arrivons dans le brouillard à la cabane d’éliet, où nous faisons une pause. Nous partons ensuite en traversée au dessus du cirque de Campuls, le temps a l’air de s’améliorer et nous décidons d’aller jusqu’au lac. L’accalmie sera de courte durée, nous mangerons sous la pluie mais devant un beau panorama… et quelques isards que nous prendrons le temps d’observer avec les jumelles. Nous descendons ensuite vers le cirque de Campuls et le parking

+370m

Le guide Michaël nous fait le récit des 4 jours 

Jour 1: randonnée au plateau de Coumebière:

Nous commençons la randonnée au plateau de Coumebière sur la route du Col d’Agnes au dessus d’Aulus les bains. Le but est de profiter du panorama sur le Couserans et de découvrir une montagne où les hommes et femmes en ont fait l’histoire. Ce site est une estive ancestrale couseranaises où paissent encore les vaches gasconnes, les brebis tarasconaises et les chevaux. Après présentation de la journée, nous pique niquons tous ensemble près du ruisseau à l’ombre d’un hêtre. Après avoir observé une carcasse de vache nettoyée en partie par les vautours fauves (il reste la peau et les os), du plateau nous allons à l’étang de Labant, étang en voie d’eutrophisation où nous observons des plantes carnivores, les droséras. L’itinéraire se poursuit jusqu’à la crête où le paysage s’ouvre sur l’ouest du Couserans juqu’au Mont Valier et son glacier d’Arcouzans. Ensuite le groupe se partage en deux. Après une discussion sur l’histoire de la station thermale d’Aulus et certains métiers tels que les porteurs de glaces, mineurs, colporteurs et montreurs d’ours nous repassons par l’étang de Labant et ses libellules aeschne bleues et demoiselles. Plus loin, nous rejoignons la mine de l’argentière dont nous abordons l’historique et où un filon de plomb argentifère a eu été exploité, sans grand succès.  Nous prenons ensuite un petit sentier en balcon au dessus du plateau. Un peu plus loin nous prenons aussi le temps de parler de Jean Marie Claustres, Jean Benazet dit Piston et bien sûr de Jeanne Rogalle et son père qui ont tous aidé juifs et résistants durant la seconde guerre mondiale.  Arrivés au GR10, certains et certaines seraient bien allés plus loin vers le plateau de Girantès mais le timing de la journée ne nous le permet pas. Nous en profitons pour redescendre en suivant le petit ruisseau de l’argentière et ses zones humides. Aux véhicules nous retrouvons l’autre groupe qui arrive en même temps que nous.

Jour 2: randonnée dans la vallée du Fouillet

5 personnes décident aujourd’hui de participer à la randonnée au rythme moins soutenu. Nous débutons la randonnée le long des cascades du Fouillet à l’ombre de la hêtraie par un chemin méconnu. Quelques jeux de mots fusent (les personnes visées se sentiront concernées ?). Chacun et chacune admire la succession de cascades et leurs belles vasques sous la hêtraie. C’est le moment de raconter quelques croyances et légendes sur les fées des Pyrénées, les hadas. Nous rejoignons ensuite une vieille grange où nous discutons de leur utilisation, de la saison des bergers, des éléveurs. Nous observons un ancien rasoir pour tondre les brebis et un traîneau à fumier. La météo devient pluvieuse, nous décidons de manger à l’abri dans la grange. Nous nous réchauffons avec un bon café puis la joyeuse troupe est motivée pour poursuivre et faire une boucle malgré la pluie. Nous rejoignons ensuite le sentier, la pente se fait un peu plus rude et atteignons la cabane de Bazets et la jasse du Fouillet où le ruisseau dessine de généreux méandres près de la passerelle. Le panorama est bouché. Au retour nous repassons par la cabane de Bazets, rejoignons un petit plateau suspendu recouvert par les fougères et empruntons un sentier facile dans la grande hêtraie puis la sapinière. Nous discutons des pics qu’il est souvent possible d’observer sur ce site, notamment le plus grand d’entre eux, le pic noir. Enfin nous repassons le long des cascades du matin dont le débit est visiblement largement supérieur à celui remarqué quelques heures auparavant. Nous aussi, nous rentrons bien humides dans le véhicule! Nous serons à l’heure pour que tout le monde assiste à la visite guidée de l’église de Vic d’Oust.

 

Jour 3: randonnée vers les orris du Goutets 

Il est décidé de partir à la découverte d’une petite vallée dans le Massatois, au dessus du village du Port vers les sources de la rivière Arac sous le Pic des 3 seigneurs. Nous commençons la marche du jour au lieu-dit La Foulie. Nous sommes cette fois 9 au départ. Nous rejoignons dans un premier temps le hameau de Carol, isolé mais encore habité et si typique. C’est ensuite une longue traversée en soulane à travers la hêtraie domaniale de Massat. Bernard remarque un troupeau de chèvres avec quelques spécimens de race Pyrénéenne aux longues cornes, ce qui nous laisse l’occasion de discuter des bouquetins ibériques réintroduits dans nos montagnes ces dernières années. Nous atteignons la piste carrossable du Goutets que nous empruntons sur quelques portions et que nous coupons parfois par les pentes herbeuses, c’est une vraie initiation pour quelques-uns ?. Nous atteignons l’objectif, l’ensemble restauré du hameau des orris du Goutets avec leurs toits à encorbellement de pierres sèches et végétalisés. Chaque structure avait une utilisation propre. Nous échangeons quelques minutes avec un berger qui garde les 130 vaches limousines et 250 brebis de cette estive. Ici, René et Francis nous rejoignent, le groupe de Simon continue au loin vers le col de Rose. De notre côté nous profitons d’une table agréablement posée sur un  replat herbeux situé près du ruisseau et des orris pour pique niquer. Un aigle royal nous survole et file vers l’ouest! Nous poursuivons ensuite au dessus des cabanes les plus élevées pour tenter d’observer des isards, nous n’en apercevrons pas mais en discuterons. Le début de la descente passe par un vieux chemin et une zone humide, observons une dernière fois le vallon où se développe sur la croupe en face de nous l’ensemble du hameau. Après une averse dans la forêt, nous retrouvons la piste puis rentrons en alternant marche sur chemins puis sur la piste. Quelques trouvailles agrémentent le parcours: cèpes et girolles au bord des talus (Simon me prévient par talkie walkie qu’il en est de même pour son groupe). Nous attendons une vingtaine de minutes le groupe de Simon au parking et pendant ce temps Christine, les 2 sœurs et Michel poursuivent sur la route presque jusqu’au village du Port!

Jour 4: randonnée vers l’étang d’Ayes

Cette dernière journée est l’occasion pour le groupe de découvrir un bout de la réserve domaniale du Mont Valier. Tout le monde gare son véhicule à l’étang de Bethmale, puis c’est la montée en minibus au premier parking de la route forestière du Mount Ner. On se serre un peu dans les véhicules … Nous présentons cette dernière journée au groupe puis chaque demi groupe part à son rythme et finalement nous ferons à peu près le même itinéraire. Colette me suit d’un pas ferme toujours aussi motivée. Durant la montée nous échangeons longuement sur le plantigrade, en effet de nouveaux panneaux annoncent la présence des ours bruns dans nos montagnes et donnent des informations sur les comportements à adopter. A la cabane d’Eliet nous faisons une pause café, certains visitent la cabane puis Simon lit un poème de JP. Simeon. Au col d’Auedole nous observons vaches et brebis … ni patou ni mâtin d’Espagne ne sonnent l’alarme. Nous décidons en raison de la petite pluie de rejoindre la cabane de la Lée pour la pause repas et atteignons le sentier du cirque de Campuls par la pente herbeuse. Une fenêtre météo intéressante nous invite à nous réorganiser et nous décidons de rejoindre un bel étang, l’étang d’Ayes aux reflets vert émeraude (sous un beau soleil ?) connu notamment par les pêcheurs. Malheureusement la vue se bouche un peu et l’humidité est de retour, c’est le bal des ponchos. Nous réussirons quand même à pique niquer un peu et même à observer 2 isards sous les rochers sur les pentes du sommet de Peyre Blanque.

Nous ne tardons pas pour amorcer le retour par le chemin traditionnel du cirque de Campuls. Au cirque nous allons admirer la petite cascade (c’est la douche lors de nos bivouacs avec les ados). J’essaie de retrouver l’euprocte des Pyrénées, sans succès, nous avons pu l’observer ici avec un groupe d’enfants il y a quelques semaines. C’est une espèce de triton qui aurait vu les dinosaures!

Le retour aux véhicules se fait tranquillement par la piste.

Bravos à tous! (C’était quand même un séjour débutant +++)

 

Fermer le menu